Cinéma : les comédies à la française remportent un franc succès

«Les Tuche 3», «La Ch’tite», …ce sont autant de films de comédie à succès qui ont conquis le cœur du public en réalisant plus de 5 millions d’entrées chacun au mois d’avril 2018. C’est le signe que les comédies à la française se portent comme un charme.

Le cinéma comique français affiche une excellente performance

Bon nombre de spectateurs, qui ne vont pas trop souvent au cinéma, ne ratent pas une seule affiche dès qu’il s’agit de comédie française.  C’est en quelque sorte un signe très révélateur du dynamisme de ce secteur qui ne cesse de se confirmer ces dernières années. Depuis le premier trimestre de cette année, pas moins de 800 salles réparties sur tout le territoire français drainent des millions de publics. À l’instar des comédies familiales très prisées au niveau mondial, «Tuche», une réalisation d’Olivier Baroux, n’a pas eu de difficulté à attirer plus de 5,6 millions de spectateurs en l’espace de huit semaines, du jamais vu depuis 2013. D’autres films de la même catégorie ont même franchi la barre de 7 millions de spectateurs en deux mois, notamment «Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?» de Philippe de Chauveron (12,3 millions) ou «Famille Bélier» d’Éric Lartigau (7,4 millions). En tout, en l’espace d’une décennie, sur les 13 films qui ont connu le plus grand succès au niveau national et à l’étranger, 10 sont des films comiques. C’est en Europe occidentale que ce type de film français s’exporte le mieux (50% des entrées depuis 1995). Par contre, aux États-Unis et au Canada, ce sont les films d’aventures qui l’emportent en représentant plus de 38% des entrées et 17% pour les comédies. En Asie, c’est la même tendance avec davantage de préférence pour les films d’aventures (41%). Les comédies arrivent à la seconde place (20 %).

Qu’est-ce qui explique ce succès ?

La comédie à la française dispose d’une particularité qui manque certainement de finesse, mais très positivement accueillie par le public. De toute façon, les Français sont connus pour leur caractère assez fort devant la caméra. Malgré ce trait plus ou moins effervescent, rien n’empêche les comédies «secouées» de trouver un public toujours fasciné. En effet, en remontant un peu dans le temps, il est quasiment impossible d’oublier «La Grande Vadrouille» de Gérard Oury, «Le Corniaud» de Bourvil ou les films cultes et humoristiques de Louis de Funès. Il est évident que tous ces films de comédie ne font pas toujours l’objet d’une diffusion à l’étranger. Néanmoins, ils contribuent activement au dynamisme de fréquentation des salles de cinéma et rapportent beaucoup aux communes. Les professionnels du cinéma humoristique français sont également en permanente recherche d’innovation pour conquérir de nouveaux marchés. Par exemple, le marché asiatique est très prometteur étant donné que ses spectateurs ont un réel attachement pour les arts et la culture française. Aussi, il faut reconnaître que les talents se rajeunissent depuis l’entrée fracassante des acteurs et des actrices franco-marocaines sur le marché de la comédie. Ce phénomène, jugé très salutaire pour l’industrie cinématographique française, a même boosté la performance de ce secteur, au point d’arriver à battre son propre record des 50 dernières années (213 millions d’entrées enregistrées en 2016).